Le Val-d’Oise, VOE, son histoire, ses combats

Le Val-d’Oise

Le Val-d’Oise accueille 1 100 000 habitants sur 1246 km2. Très contrasté, il comprend au sud des villes importantes, proches de la petite couronne (Argenteuil, Bezons, les villes de la vallée de Montmorency, Garges et Sarcelles), une ville nouvelle (Cergy) à la porte du Vexin, deux PNR, celui du Vexin au nord-ouest et celui de l’Oise-Pays de France au nord-est, deux zones agricoles importantes, le Vexin et la Plaine de France, et un arc forestier majeur avec les forêts d’Ecouen, Montmorency, Carnelle et L’Isle-Adam, qui se prolonge dans le département de l’Oise.

Val-d’Oise Environnement

Créé en 1992, Val-d’Oise Environnement regroupe une quinzaine d’associations et un certain nombre de membres individuels. Bernard Loup a succédé à René Le Mée comme président en octobre 2010. VOE n’a réadhéré à IDFE, devenu en 2015 FNE IDF, que depuis 2011 après une longue absence.

Val-d’Oise Environnement fait partie des neuf associations agréées au titre de l’environnement du Val-d’Oise. À ce titre, le collectif participe aux différentes commissions préfectorales, aux organes consultatifs des différentes infrastructures, aux commissions d’information et de suivi, aux comités de gestion des forêts…

VOE ne dispose pas de local, son action est menée uniquement par des bénévoles. La pression est telle sur les espaces naturels que le temps de bénévoles manque pour se consacrer à l’éducation à l’environnement.

Espaces naturels

La pression sur les espaces naturels est particulièrement forte. Une attention doit être portée constamment pour que ces espaces ou les carrières ne soient pas utilisés, souvent sauvagement, comme dépôt de déchets particulièrement en provenance du BTP (délaissés de Chauvry, décharge du Mesnil-Aubry, décharge Picconi à Mériel…) ou dans des projets de CET. Une des actions importantes menée en 2010 a porté sur la préservation du lac de Beaumont, unique en Ile-de-France pour sa profondeur, afin d’empêcher son comblement par des déchets inertes. L’action a abouti à l’acquisition de la propriété par la Fédération de plongée d’Ile-de-France et de Picardie. VOE s’est opposé, avec le PNR Oise-Pays de France depuis 2005 à un projet d’implantation aux portes du PNR Oise-Pays de France d’un CET à Epinay-Champlâtreux…

Depuis 2011, VOE se mobilise pour défendre dans le cadre du renouvellement de la charte du PNR Oise-Pays de France la définition d’un nouveau périmètre qui permettrait le maintien de corridors écologiques et la continuité d’une trame verte pour tout le nord du Val-d’Oise.

Depuis plus de trois ans, VOE est aux côtés des Trois Tilleuls, association de Vauréal qui se bat pour le maintien d’un espace forestier sur les coteaux. VOE maintient également un suivi sur le devenir de la plaine de Pierrelaye depuis 1997, son nettoyage et son avenir.

En 2015, VOE soutient Val de Viosne Environnement dans son combat pour empêcher l’installation d’un immense entrepôt aux portes du Vexin…

Espaces agricoles

Les franges des plaines sont impitoyablement utilisées à des fins d’urbanisation industrielle ou commerciale (plaine de Pierrelaye, du Plessis-Bouchard, zone commerciale de la Chapelle-en-Serval, Zac de Persan), les projets de liaisons et aménagements routiers empiètent sur l’espace agricole ou naturel (A104, avenue du Parisis, déviation de la D370 au nord d’Ecouen… ). Les espaces agricoles continuent d’être considérés comme des réserves foncières par tous les éus et promoteurs.

Le Grand Paris, avec le projet de centre commercial Europa City du groupe Auchan et la gare en plein champ du triangle de Gonesse, est l’objet d’une attention permanente avec le Collectif pour le triangle de Gonesse (CPTG).

Forêts

VOE s’inquiète des pressions exercées sur l’ONF pour une meilleure rentabilité de l’Office et pour répondre aux besoins de biomasse exigée par les centrales de chaufferie (Roissy, Franconville, etc.). La gestion à long et à court terme de la forêt est sacrifiée : les bienfaits qu’elle nous apporte comme puits de carbone, en biodiversité, en espaces de détente sont passés au second plan après l’économique.

Pollution

L’association suit les dossiers de pollution liés aux eaux usées ou aux épandages de boues d’épuration (plaine de Pierrelaye et Achères), amiante à Persan.

Transports

VOE suit tous les dossiers de fret ferré (Serqueux-Gisors), fluvial (canal Seine Nord et port d’Achères), routiers (A104, A 16, BHNS de Gonesse, BIP…) ou ferré (LGV Paris-Normandie, barreau de Gonesse…) et propose des alternatives moins impactantes pour la population ou les espaces naturels à certains projets ou tracés.

Démocratie participative

Le collectif s’efforce de nouer des dialogues avec ses différents partenaires, mais la démocratie participative n’est pas encore entrée dans les habitudes des élus et des entreprises. Consultations et enquêtes publiques consistent toujours à informer trop tard de dossiers qui ne peuvent être remis en question. Ce qui contraint les associations à avoir recours en dernier lieu au juridique.